Les différentes étapes pour passer son permis de conduire

S’il peut être considéré comme liberté et émancipation, obtenir son permis de conduire ne se fait pas en quelques jours.

Avant de passer le permis proprement dit, il existe des étapes préalables, qui impliquent plusieurs heures d’entraînement. Or, ce passage est important. Quelles sont les étapes à suivre ?

Première étape : l’épreuve théorique

Accessible dès 15 ans pour une conduite accompagnée et à 16 ans pour le mode classique, la formation du code de la route est une étape indispensable à l’obtention du permis de conduire.

Dès l’inscription à l’auto-école, le candidat peut s’entraîner à passer l’épreuve théorique. D’ailleurs, il est conseillé d’en suivre plusieurs avant de se présenter à l’examen. Depuis juin 2016, l’examen du code de la route est de 30 euros.

Heureusement pour les candidats, il existe 10 nouveaux thèmes qui doivent être parfaitement maitrisés pendant la formation.

Il s’agit de la circulation routière, le conducteur, la route, les autres usages, les premiers secours, les notions diverses, prendre et quitter son véhicule, la sécurité du passager et le véhicule, la mécanique et les équipements et enfin l’environnement.

Il existe également une technique pour bien répondre aux questions. Il faut savoir que les séries de questions pendant l’examen de code de la route tournent autour de ces 10 thèmes.

Les questions sont au nombre de 40, avec 2 à 4 possibilités de réponse chacune. Selon les statistiques, il y aura toujours au moins 1 réponse juste et 1 réponse fausse.

  • S’il n’y a que 2 réponses proposées, il suffit d’en choisir une seule.
  • S’il y a 3 réponses, les possibilités de réponse sont une ou 2, jamais les 3 ;
  • S’il y a 4 réponses proposées, les possibilités de réponse sont de 3 et jamais 4 ;
  • Dans les cas de questions doubles, il faut répondre aux 2 questions.

La plupart des auto-écoles proposent désormais un service de révision du code de la route en ligne afin de mieux s’entraîner en attendant le jour J. Cet outil brille par sa facilité d’utilisation et son accessibilité.

Le principe est simple : un bouton pour chaque réponse, un autre pour corriger la réponse. Attention, une fois que c’est validé il n’est plus possible de changer. Et enfin, le bouton validation pour passer à la question suivante.

Quant à la formation sur la conduite, il s’agit de la partie pratique obligatoire. Certaines écoles de conduite proposent des leçons pratiques en même temps que la partie théorique, tandis que d’autres imposent d’abord l’obtention de la validation du code avant de pouvoir conduire.

D’ailleurs, ces deux étapes sont indépendantes. Cette organisation est ainsi propre à chaque établissement, ainsi que le niveau du candidat mais aussi des délais d’examen. Dans un cas comme dans un autre, chaque candidat doit remplir au moins 20 heures de conduite avant de passer l’examen.

Il existe 4 étapes de formation pour la conduite, pendant lesquelles des savoirs et des savoir-faire seront indiqués. À chaque niveau, des objectifs et des sous-objectifs doivent être validés.

Il s’agit de la maitrise du maniement du véhicule dans un trafic, de l’appréhension de la route et savoir circuler dans des conditions normales, de la circulation dans des conditions difficiles et partager l’usage de la route avec les autres et enfin la pratique d’une conduite autonome, économique et sûre.

La progression d’un candidat est souvent palpable. Elle n’est pas pareille pour tout le monde, mais cela est normal. En général, un candidat progresse vite sur les premières étapes et commence à ralentir dès lors que les difficultés augmentent. Cela est normal dans la mesure où le cerveau a besoin de temps pour s’adapter aux nouvelles informations enregistrées.

Il existe des conseils, plus ou moins recommandables, mais qui fonctionnent comme « ne pas avoir peur de faire des erreurs ! ». En effet, pour cette partie pratique, l’adage selon lequel on apprend de ses erreurs est vrai. Il ne faut pas non plus hésiter à poser des questions en cas de doute.

Deuxième étape : l’inscription à l’examen

Pour rappel, tout candidat pour un permis de conduire doit avoir rempli au moins 20h de conduite, accompagné d’un moniteur. Cette seule condition est exigée pour son inscription à l’examen de conduite.

Il faut savoir que cette condition s’applique pour une conduite d’un véhicule à boite de vitesse manuelle. Pour la conduite d’une boite de vitesse automatique, le quota est reporté à 13h.

Généralement, c’est le centre de formation qui prend en charge toutes les démarches pour l’inscription à l’examen de permis de conduire. Toutefois, pour un candidat libre qui n’est attaché à aucun centre, les procédures sont à sa charge.

Troisième étape : le passage de l’examen du permis de conduire

Le passage à l’examen de conduite peut se faire dans les 5 ans après la validation de l’examen du code de la route. Au-delà de cette limite, il faudra repasser l’examen théorique. Pendant ces 5 ans, un candidat a le droit d’échouer 4 fois. Au-delà, le passage à l’examen du code de la route est impératif.

Les auto-écoles sont généralement rattachées aux centres d’examen du permis de conduire. D’habitude, les moniteurs dans une ville sont tous inscrits auprès du centre d’examen. Seuls les établissements de conduite ayant obtenu une décision de la préfecture sont rattachés à un centre d’examen spécifique.

En somme, il n’incombe pas aux auto-écoles de choisir leur centre d’examen. C’est au moniteur d’accompagner son candidat au centre d’examen, si le centre se trouve dans une ville différente de celle de l’implantation de l’auto-école.

Comment se déroule l’épreuve ?

Il faut savoir que l’épreuve pratique dure 32 minutes. Pendant ces 32 minutes, les réels moments de conduite sont de 25 minutes. Le reste du temps sera consacré à l’accueil, la vérification d’identité et du dossier mais aussi à donner les consignes.

Pendant l’examen, la première règle sera de bien respecter le code. Il faut être vigilant, notamment sur les usagers les plus fragiles. Il est conseillé de ne rouler qu’à la vitesse maximale autorisée dès que possible. Il ne faut tout de même pas oublier que le candidat est encore considéré comme jeune conducteur.

Pour prouver sa maîtrise du volant, il est autorisé à prendre des initiatives et dépasser dès que l’occasion se présente. Il devra également avoir une conduite économique et se montrer courtois en toute circonstance.

Le candidat sera amené à faire des manœuvres ou encore un arrêt de précision. Il devra aussi faire 2 vérifications sur le véhicule, une à l’intérieure et une double extérieure.

Pour ceux qui doivent réaliser une conduite autonome, il leur est conseillé de suivre une direction ou de ramener la voiture au point de départ. Devra s’en suivre un test de la vue, notamment la lecture de la plaque d’immatriculation située à une vingtaine de mètres.

Ce n’est qu’ensuite que s’enchainent les 25 minutes de conduite et 5 minutes de conduite autonome. Cela se traduit par un respect de la direction par panneau jusqu’à ce que le moniteur dise stop.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s