Comment décrasser la vanne EGR en roulant ?

De nos jours, en matière de moteur automobile, on assiste à une course effrénée à la puissance et aux faibles consommations de carburant. Le moteur diesel n’échappe pas à cette règle. À ses origines, l’emploi de ce type de moteur était surtout réservé au monde agricole.

Aujourd’hui, le moteur diesel est devenu une merveille de technologie et une mécanique de précision. De ce fait, son fonctionnement est très fragile. Des petits riens comme les embouteillages, les courts trajets répétés ainsi que la mauvaise qualité du gasoil et le manque d’entretien sont capables d’enrayer cette extraordinaire machine. Tous ces facteurs favorisent le mauvais fonctionnement du moteur et causent de nombreux désagréments tant sur lui que sur l’environnement.

En ce début du 21ème siècle, la tendance est au recyclage. Des emballages d’aliments aux gaz d’échappement des voitures, tout est recyclé.

Afin de réduire les émissions, surtout par les voitures diesels, des gaz toxiques dans l’atmosphère, les normes antipollution européennes ont rendu obligatoire la pose d’un dispositif qui permet cette réduction sur les moteurs.  C’est l’EGR ou « Exhaust Gas Recirculation ». Ce système de collecteur permet de recycler et de réutiliser le gaz d’échappement. Il est constitué par une pièce à clapet, ayant pour fonction de rediriger les gaz d’échappement vers l’injection pour les brûler.

Les différents types de vannes EGR

Il existe deux types de vanne, mais elles ne sont pas présentes en même temps sur toutes les voitures :

  • Haute pression : C‘est le dispositif le plus simple et le plus répandu. Le principe consiste à créer un by-pass, du collecteur d’échappement à la tubulure d’admission. La pression est plus haute car la vanne EGR est placée juste à la sortie du collecteur.
  • Basse pression : Afin de renvoyer les gaz dans le moteur à une température réduite, la vanne est équipée d’un refroidisseur. Elle est placée plus loin sur la ligne d’échappement. De par cette position, l’échangeur refroidit les gaz qui sont ensuite renvoyés vers le turbo, connu également sous le nom de suralimentation, au lieu de le renvoyer directement vers l’admission.

Il est à noter qu’avant les années 2000, toutes les vannes étaient pneumatiques. Actuellement, elles sont électriques.

Comment fonctionne une vanne EGR ?

Le fonctionnement de ce dispositif peut être expliqué de manière simplifiée. Une partie du gaz d’échappement produit par un véhicule au ralenti n’est pas brûlée. Il y a donc rejet par le moteur d’un excès d’oxyde d’azote ou NOx. Afin de limiter la quantité de gaz nocif  émise et respecter les normes d’émissions du NOx, la vanne EGR est installée sur le moteur.

Par le biais du collecteur, le gaz d’échappement est récupéré, puis réinjecté dans le circuit d’admission. Ceci permet le refroidissement du gaz qui, à basse température, émet  beaucoup moins d’oxydes d’azote. Lorsque la voiture roule à une faible allure, c’est-à-dire sur des régimes et des charges de moteur faible, le système EGR est activé.

Cet ingénieux système présente un grand inconvénient. Il peut provoquer à la longue l’encrassement du système d’injection. La vanne EGR peut être également obstruée par la suie. Son entretien est donc très important.

Le passage des gaz d’échappement dans ce circuit  d’admission et dans la vanne EGR elle-même cause un encrassement plus rapide du moteur. Le dépôt de suie peut aussi entraîner différents dysfonctionnements du moteur.

Les injecteurs qui figurent parmi les pièces les plus sensibles et les plus coûteuses du moteur peuvent subir une oblitération partielle. Des fois aussi, la crasse empêche la vanne EGR de s’ouvrir et de se fermer.

Quand elle se trouve en position fermée, la vanne EGR est alors inactive à cent pour cent. Cette inactivité n’a pas d’impact sur le fonctionnement du moteur. La voiture fonctionne toujours aussi correctement. Par contre, elle va émettre beaucoup plus d’oxydes d’azotes dépassant les normes fixées  par l’Union Européenne.

Si, au contraire, la vanne EGR reste en position ouverte, le moteur, par le circuit d’admission interposé, s’encrasse davantage. Cet encrassement va entraîner une perte de puissance à l’accélération. Les calages qui se produisent de manière répétée à faible régime et une augmentation anormale de la consommation en carburant ou de la fumée noire qui sort du pot d’échappement sont des signes de dysfonctionnement qu’il ne faut pas prendre à la légère. Ce sont les symptômes d’une vanne encrassée.

Comment éviter l’encrassement d’une vanne EGR ?

L’encrassement de la vanne EGR peut être évité. Pour cela, il suffit d’éviter la circulation urbaine. La ville, avec ses embouteillages, les ralentissements dus aux feux etc., constitue une zone à faible charge moteur. Or, pour la grande majorité des automobilistes, c’est une chose impossible. Néanmoins, des moyens permettant de décrasser l’EGR existent.

Deux méthodes sont proposées ici pour éviter l’encrassement ou réaliser le décrassement du moteur :

  • La méthode préventive

Pour l’’homme, afin de prévenir un excès de cholestérol, il faut éviter le grignotage. Il en est de même pour le moteur diesel. Pour lutter contre l’encrassement, évitez les petits trajets répétés, plus particulièrement avec des voitures munies de filtre à particules. Le FAP pourrait être colmaté, ce qui risque d’entraîner de gros problèmes au niveau du moteur.

Le gasoil issu de la post injection n’arrive plus à destination, reste dans le cylindre et finit par se mélanger à l’huile suite à des ruissellements. Ce gasoil est censé brûler les particules dans le filtre. Et quand le mélange huile et gasoil dépasse le niveau tolérable, le moteur risque de s’emballer. Ce qui pourrait avoir un effet destructeur sur ce dernier.

Pour éviter tous ces désagréments, l’usage de la voiture diesel est fortement déconseillé. Le diesel n’est pas conçu pour les courses en ville avec ses embouteillages.

La carbonisation de l’huile dans les paliers du turbocompresseur provoque aussi l’encrassement d’un moteur diesel. Procéder à l’opération de vidange en suivant l’entretien préconisé permet de limiter les dégâts.

Une autre méthode préventive pour préserver la santé d’une auto consiste à utiliser un carburant de bonne qualité avec des additifs spéciaux. Il est à noter que l’encrassement déjà installé ne peut pas être dissout par les additifs ajoutés au gasoil premium. Par contre, sa formation est évitée.

  • La méthode curative

Au cas où l’hygiène de roulage n’a pas donné le résultat escompté, il est temps d’avoir recours à des traitements de choc. Pour combattre l’encrassement du moteur diesel, plusieurs traitements curatifs sont utilisés. Ils peuvent aller des plus simples, aux plus complexes.

Pour la méthode curative, deux principales techniques peuvent être utilisées pour décrasser la vanne EGR. Il y a le décrassage pouvant être réalisé en roulant et celui qui peut être fait sur cales.

  • Le décrassage de l’EGR en roulant 

Le principe consiste à faire faire du sport au moteur. Il ne s’agit pas évidemment de participer à une spéciale de rallye. Il suffit de procéder à un décrassage mensuel ou hebdomadaire pour ceux qui sont dans les embouteillages toute la semaine. Ce  traitement est réalisable sur voie rapide ou sur autoroute. Pour des résultats convaincants, il faut que les trois conditions suivantes soient satisfaites :

  • Le moteur, et donc l’huile, atteint la température de 90oC sur une distance de 10 Km environ ;
  • Le moteur n’aspire que de l’air frais. Il doit donc rouler à un régime supérieur à 3 000 tr/mn qui permet la fermeture de la vanne EGR ;
  • Une charge moteur suffisante est appliquée.

Il est donc possible de procéder au décrassage de la vanne EGR en roulant. Pour cela, il suffit de faire monter la température dans le conduit d’échappement. L’idéal serait de rouler à plus de 130 Km/h pendant dix à quinze minutes. Cette opération permet de brûler la suie qui s’est formée sur la vanne. Ceci provoque l’émission de fumée noire lors d’une forte accélération.

Une autre astuce pour décrasser le moteur en roulant en ville consiste à laisser le stop/start activé. On sait déjà que lorsque le moteur est au ralenti, les gaz d’échappement se refroidissent. Ces gaz froids font également baisser la température des métaux catalyseurs quand ils sont soufflés sur les FAP ou le SCR.

À faible température, les métaux catalyseurs fonctionnent mal ou pas du tout. Ainsi, pour réaliser un décrassage du moteur, même dans les embouteillages, il faut laisser le stop/start actif, tout en laissant libre la pédale d’embrayage.

Il faut également bien entretenir le cache sous le moteur. Ce cache misère qu’on croit sans importance est d’une grande utilité. Comme son nom l’indique, il empêche l’air de s’engouffrer dans le compartiment moteur et permet ainsi une rapide montée de la température du moteur et plus particulièrement celle des FAP. Cette pièce doit être remplacée au cas où elle est altérée ou même disparue.

Il est aussi possible d’utiliser un pack de décrassage en roulant.  Pour cela, il faut avoir à disposition un « Pack décrassage » composé d’un flacon « Eco 10 000 » 250 ml et un flacon de « C99 ». Versez les 250 ml « d’Eco10 000 » dans 25 litres de gas-oil ajoutés de 5 ml de « C 99 ».

En roulant, passez sur  tous les rapports, à l’exception de la vitesse basse et l’arrêt. La conduite se fait alors entre 2 000  et 2 500 tours par minute. Pour la conduite en ville à bas régime, le dosage de « C99 » doit être doublé.

Enfin, il y a le décalaminage à l’hydrogène. La calamine peut être brûlée dans le haut du moteur par l’admission de l’hydrogène avec l’air. L’injection d’hydrogène dans l’admission d’air permet le nettoyage des têtes de pistons. Cependant, ce gaz ne présente aucune action sur l’encrassement des injecteurs.

  • Le décrassage par démontage

. L’utilisation des produits spéciaux pour le décrassage

Des fois, un bon nettoyage de la vanne EGR suffit pour remettre en état une vanne encrassée. Actuellement, les nettoyants de vanne EGR sont en vente dans les centres auto, les magasins spécialisés ou sur internet. Généralement, ces nettoyants sont conditionnés sous forme de bombe aérosol. Souvent, ce conditionnement est livré avec un produit nettoyant, formant un « kit nettoyage de vanne EGR ».

Des produits conçus pour le décrassage sont utilisés dans les ateliers et garages mais leur utilisation nécessite le démontage. Pour ce qui est du nettoyage, il se fait à la main.

Pour enlever la vanne EGR, il faut commencer par débrancher le tuyau d’arrivée d’air. Puis, la sonde de température s’enlève en appuyant sur la partie métallique. Ensuite, avec une clé à cliquet munie d’une douille de 7 millimètres, enlevez le grand collier sur le conduit d’air, côté habitacle.

Le boîtier de filtre à air peut être dégagé pour atteindre la vanne EGR. Il est maintenant possible d’enlever la vanne. Pour le faire, il faut d’abord déconnecter la prise de la vanne, puis dévisser les trois boulons, pour enfin faire glisser la vanne le long des pas de vis et l’extraire.

. Remplacement de la vanne EGR

La grande majorité des conducteurs préfèrent remplacer la vanne quand celle-ci est trop encrassée. Il n’y a d’autre choix que de la changer lorsqu’on a affaire à une vanne EGR dont le circuit électrique est grillé.

L’opération est facilement réalisable, d’autant plus que la pièce est aisément reconnaissable et accessible. Sachez que cette opération peut être réalisée même par une personne qui ne possède aucun bagage mécanique.

. Suppression de la vanne EGR

Conçue pour réduire la pollution, cette fameuse vanne constitue un surplus de dépenses, tout en étant un point noir dans la fiabilité des moteurs diesels. Certains automobilistes ont pris la décision de l’enlever définitivement. Cette opération ne crée pas de dommages sur le moteur mais est interdite par la loi.

En effet, l’article L318-3 du code de la route prévoit que : « toute opération visant à supprimer un dispositif qui permet de maîtriser la pollution ou de détériorer la performance est punie d’une amende de 7 500 Euros. »

En ce qui concerne les voitures à essence, pour répondre au problème de pollution par le rejet des oxydes d’azote, elles sont équipées de catalyseurs d’échappement. Une vanne EGR n’a donc aucune raison d’exister. Néanmoins, pour des raisons de performance, certaines véhicules en sont encore équipées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s